Eyesberg -Masquerade

eyesberg
Eyesberg – Masquerade (11/2016)

Eyesberg (qui a dit que c’était un groupe ‘glacial‘ ? ) est au départ un trio allemand qui existe depuis de nombreuses années mais qui étrangement n’avait réalisé qu’un album à ce jour se nommant ‘Blue‘ qui était passé un peu inaperçu et n’avait pas suscité grand intérêt. Cela était certainement dû aux parties de batterie un peu trop ‘molles du genou‘. Ils reviennent donc à présent avec leur deuxième disque, ‘Masquerade‘, dans lequel on trouve en plus Jimmy Keegan de Spock’s Beard aux drums, et en l’occurrence on sent bien la nette amélioration et la différence de classe entre ces deux batteurs.

Le visuel de ce disque se dévoile au travers un jeu de masques auquel se livre le combo teuton et qui nous ramènera aux plus belles heures de Marillion avec cette magnifique pochette emblématique de Mark Wilkinson du maxi LP ‘Marquet Square Heroes‘, le graphique de ‘Masquerade‘ étant dans un esprit similaire. Mais disons à la décharge d’Eyesberg que cette dissimulation des visages ne nous surprend pas plus que ça, car c’est un peu l’apanage de la musique progressive, toutes périodes confondues.

De fait ceux qui sont devenus à présent un quatuor sont particulièrement ancrés dans un prog assez rétro, mais qui néanmoins nous apporte son lot de bonnes surprises au travers d’une musique enlevée et entraînante portée par les vocaux survitaminés de Malcolm Shuttleworth.
Les morceaux de Masquerade s’enchaînent et se découvrent sans déplaisir, le groupe fera quelque peu penser au Genesis post-Gabrielien, surtout dans ses duos clavier/guitare sur ‘Come And Take A Look At My Life‘, qui ne sont pas sans rappeler certaines constructions harmoniques des deux géants Banks et Hackett.
Ici s’arrêtera la comparaison, car Eyesberg trouve son régime de croisière sur la suite de cet album qui s’apprécie au fur et à mesure de son écoute.
Il est à noter aussi l’apport d’une flûte qui n’est curieusement pas créditée, mais qui donne un peu plus la sensation d’un Genesis ancienne version qui se serait trouvé un chanteur différent assez proche cependant et par instants d’un Phil Collins.

Et comme il se doit, ce sera le dernier titre de plus de dix-huit minutes ‘Wait And See‘, et ses cinq sous parties qui retiendra le plus l’attention de l’auditeur potentiel. Il s’agit d’une formidable composition à tiroirs dans la plus pure tradition du genre, qui ne laisse pas le temps de respirer. Eyesberg déploie le maximum de son énergie à l’intérieur de ce grand morceau de bravoure qui n’a pas à rougir face aux œuvres de ses aînés.

Eyesberg réussit donc avec Masquerade un tour de force consistant à nous étonner encore et bien que nos oreilles aient entendu les meilleurs musiciens de la planète, ces quatre-là parviennent encore à nous surprendre encore, alors jamais deux sans trois, on attend de pied ferme leur troisième opus, et le plus tôt sera le mieux.

Dany

4/5 : StarGreenStarGreenStarGreenStarGreenStarGray

 

 


Masqueradeicontl2

1. Joke On You (5:17)
2. Come And Take A Look At My Life (6:32)
3. Faceless (5:12)
4. Here And Now (4:38)
5. Storm Flood (6:05)
6. Steal Your Thunder (5:21)
7. Wait And See (18:01)

I. Overture
II. The Beginning Of The End
III. Talking To Father Time
IV. I Told You So
V. The Last Demise


iconTLEyesberg

  • Georg Alfter: Guitars, Bass
  • Norbert Podien: Keyboards
  • Malcolm Shuttleworth: Vocals

With:

  • Jimmy Keegan (Spock’s Beard): Drums
  • Oliver Wenzler: Percussion



iconTL

Infos Groupe

Facebook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s