Catfish – Dohyo

cover
Catfish – Dohyo (10/2016)

Main gauche: Amandine. Chant, basse, claviers, percus. Auteur, compositeur. Une voix chaude, rauque et puissante. Une voix qui respire le blues et le rock.
Main droite: Damien. Guitares, claviers, chant, harmonica, percus. Auteur, compositeur. Ses riffs secs et nerveux ne sont pas pour autant dénués d’une froide élégance.

Originaires de Franche-Comté, à eux 2 ils forment le duo Catfish depuis maintenant 5 ans, bien qu’ils se connaissent depuis le lycée. Ils ont pris le temps d’évoluer, chacun de leur côté, au sein de collaborations diverses avant de se retrouver pour faire une musique ‘brute, directe, qui va à l’essentiel‘. Après deux EPs, ils sortent leur 1er album, ‘Muddy Shivers‘, en 2014. Lorgnant vers les racines du blues, mais à la sauce moderne, ils frappent d’entrée un grand coup. Leur présence scénique marque les esprits, et leur set au célèbre Paléo festival de Nyon en juillet 2014, où ils éclipsent les Black Keys (rien que çà) les expose en pleine lumière. Toute la presse parle de ce poisson-chat, parti entre temps en tournée extra-européenne, de Hanoï à Buenos-Aires en passant par Bogota. Il faut dire qu’ils sont aussi nombreux sur scène que dans un studio: 2. Et qu’ils jouent comme 4 ou 5, avec une énergie débordante qui va devenir une de leur spécificité.

Leur 2ème album, ‘Dohyo‘, paraîtra le 14 octobre prochain. Autant dire qu’ils sont attendus au tournant.

Ils le disent et le revendiquent: ‘La musique qu’on aime c’est la musique qui transpire‘. Tu m’étonne. Ces deux-là auraient affirmé être adeptes d’un rock raffiné et délicat, à l’image d’un King Crimson ou d’un Lloyd Cole, on leur accordait la même crédibilité qu’à un candidat à une élection nous affirmant qu’il avait changé !
catfish1Deux ils sont, deux ils restent. Et ça s’entend. Attention, pas dans le mauvais sens du terme !.. Il y a ceux qui la jouent simple: guitare ou piano-voix. Ceux qui jouent tous les instruments à eux seuls (les groupes à un seul membre) tout en maîtrisant les enregistreurs multipistes, ce qui les fait sonner comme des ‘vrais’ groupes (et qui m’épatent toujours autant). Et puis il y a ceux qui enregistrent en direct, dans les conditions du live. Si ce n’est pas le cas ici, ça y ressemble quand même furieusement !

Un son ‘garage’, une guitare saturée, une basse, une batterie et quelques claviers, et la messe est dite. Le jeu de batterie est simple: pas de descentes de toms ni de double-pédale. Même topo pour la basse. C’est la guitare qui est mise en avant, mais toujours dans cet esprit de sobriété et d’efficacité, de ne pas faire dans l’épate ou le grandiloquent. Musicalement, si les compositions sont travaillées, riches, aux rythmes et aux formats variés, les arrangements quant à eux sont plus directs, bruts, sans artifices. Le travail de production s’est concentré sur le rendu, plus que sur le maquillage dont certains usent et abusent pour masquer la faiblesse des compos.

Car c’est ce qui fait la beauté de cet album: en se focalisant sur l’essentiel et non sur le superflu, chaque morceau laisse éclater au grand jour toute sa profondeur et sa puissance. Et paradoxalement, alors qu’on pourrait penser en avoir fait le tour rapidement du fait de la (relative) simplicité des arrangements, bien au contraire les écoutes multiples révèlent à chaque fois une subtilité, une facette, un détail qui nous avait échappé précédemment.
Il faut aussi souligner le chant d’Amandine, tantôt chaud et balancé, bluesy à mort (‘Landmarks‘, ‘Rebirth‘), nerveux et à fleur de peau (‘The Feather‘, ‘No Reason‘, ‘What If‘) mais surtout d’une incroyable intensité, capable de délivrer des torrents d’émotion. A ce niveau, difficile de ne pas résister aux poignants ‘The Tree‘ et ‘Lost and Found‘, assurément les deux points culminants en terme de force intérieure.

Il y aurait encore tant de choses à dire mais on va faire court: rugueux, rêche, sensible, délicat, rocailleux, puissant et sensuel. Bref: hors norme et… magistral.

J-Yves

 

5/5 : StarGreenStarGreenStarGreenStarGreenStarGreen

 

 


Dohyoicontl2

1. Landsmarks (3:46)
2. Landmarks interlude (0:30)
3. Rebirth (3:06)
4. The Feather (2:53)
5. The Tree (5:17)
6. Take Your Time (3:32)
7. Because (8:03)
8. No Reason (3:22)
9. Lost and Found (4:25)
10. What If (3:15)
11. You Got Me (3:13)
12. Draw Me a Life (4:57)

 

 


iconTLCatfish

Amandine Guinchard: Chant, basse, claviers, percussions.
Damien Félix: Guitares, claviers, chant, harmonica, percussions.

 

 


iconTLInfos 

web siteFacebook

 

 

photo: (c) catfish

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s