Tilt – Hinterland

cover
Tilt – Hinterland (06/2016)

TILT n’est pas un groupe à proprement parler: il s’agit avant tout d’un projet regroupant plusieurs musiciens, dont l’un des points communs est d’avoir accompagné Fish durant de nombreuses années. Le noyau dur se compose de Steve Vantsis (basse), Dave Stewart (batterie) et Robin Boult (guitares). En 2009, ils sortent un EP, ‘Million Dollar Wound‘, très bien accueilli. On y retrouvait d’ailleurs John Wesley et Frank Usher, deux autres vieilles connaissances Fish-iennes.
Après plusieurs années d’attente-absence-enregistrements-collaborations, revoilà les 3 comparses entourés de quelques invités pour délivrer ce ‘Hinterland‘.
Musicalement, on reste en terrain connu: un neo-prog musclé, lorgnant vers le metal (‘Hinterland‘) aux riffs de guitares ciselés et pointus, le tout saupoudré de claviers qui savent ne pas en faire des tonnes. Pour ceux qui ont suivi la carrière du Poisson, il est difficile de ne pas y voir une certaine filiation avec ce que ce dernier nous a proposé. Il est encore plus difficile de ne pas penser à Porcupine Tree, voire Enchant. C’est que ces musiciens ont du talent à revendre !
Hormis les 2 très beaux titres electro-atmosphériques (‘Assembly‘ et ‘Disassembly‘, qui eux lorgnent plutôt vers Pineapple Thief) qui ouvrent et ferment l’album comme 2 parenthèses, les autres morceaux sont plus homogènes sans jamais pour autant tomber dans la facilité ou les clichés du genre. Leur variété se situe aussi bien dans leur format (de 5 à 9 minutes) et leurs structures, plutôt que leurs ambiances, somme toute assez similaires.
En ce qui concerne le chant, Paul Dourley a le coffre nécessaire pour envoyer du lourd, mais, et c’est le principal reproche que je ferais à cet album, il a un déficit certain au niveau de l’émotion. Il en est ainsi de la (dispensable) balade ‘Against the Rain‘ qui personnellement me fait autant d’effet qu’un reportage sur la récolte des nèfles… Oui, je vois d’ici arriver les moqueurs et les persifleurs: ça doit les changer, les gars, de jouer avec un type qui a de la voix !.. ah ! ah ! qu’est-ce qu’elle est drôle !
Plus sérieusement, mis à part ce petit manque d’émotion, on a quand même affaire à un très bon album. Pas celui de l’année, c’est clair, mais dans son registre neo-prog il sort incontestablement du lot. On regrette que la paire ‘Assembly‘-‘Disassembly‘ ne soit qu’une paire, justement. D’autres compositions du même calibre et l’ensemble aurait eu un tout autre cachet et une autre dimension.
La prochaine fois, sûrement.

J-Yves

4/5 : StarGreenStarGreenStarGreenStarGreenStarGray

 

 


Hinterlandicontl2

1. Assembly (8:56)
2. Hinterland (8:00)
3. Against the Rain (5:05)
4. No Superman (4:30)
5. Growing Colder (6:26)
6. Strontium Burning (5:02)
7. Bloodline (9:04)
8. Disassembly (9:04)

 


ListenEcoute – Achat

bandcamp


iconTLTilt

Steve Vantis: bass, guitares, claviers, programmation
Dave Stewart: batterie
Paul Humphreys: guitares
Paul Dourley: chant

Invités :

John Mitchell: guitare (7)
John Beck: claviers, piano (2, 5)
Robin Boult: guitares (2, 3, 6, 8)


official web siteInfos Groupe

web siteFacebook

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s