Panzerpappa – Pestrottedans

cover_s
Panzerpappa – Pestrottedans (03/2016)

Panzerpappa est un groupe norvégien basé à Oslo et à l’histoire assez mouvementée. On simplifiera et résumera en disant qu’à la base, il s’agit d’un projet monté par le seul Trond Gjellum en 1996. Au cours d’une collaboration avec le groupe de prog metal Sangioveze, il rencontre Steinar Børve avec lequel il trouve quelques affinités qui vont les amener à développer Panzerpappa comme un véritable groupe. Ils enregistrent leur 1er album ‘Passer Gullfisk en 2000. Suivront 4 autres albums, échelonnés entre 2002 et 2012. Émaillée de divers changements de line-up jusqu’en 2002, la structure du groupe reste stable depuis cette date. ‘Pestrottedans sorti en mars dernier est leur 6ème album, 4 ans après ‘Astromalist.

La musique proposée par Panzerpappa est du RIO: Rock in Opposition. Historiquement, le mouvement RIO est né vers le milieu des années 70 dans le but de « faire du rock autrement en s’opposant à l’industrie du disque » (cf. wikipedia). Si ça a bien fonctionné pour quelques-uns (complètement ignorés par les maisons de disque), il n’en a pas été de même pour beaucoup d’autres. Alliant sonorités rock, jazz, fusion, expérimentales et psychédéliques, le genre n’a depuis jamais cessé de prendre de l’ampleur et de s’étoffer. Beaucoup se sont aussi frottés au RIO, en y mettant un pied ou les deux, suivants les périodes. Magma, Gong, Univers Zero, Camel, Ozric Tentacles, Steve Hillage, Zappa et King Crimson en font partie.

Panzerpappa se situe dans la catégorie de ceux qui ont les 2 pieds dans le RIO. On trouve dans leur musique beaucoup de similitudes avec les groupes pré-cités, notamment Zappa et King Crimson, auxquels on pourrait aussi ajouter Soft Machine et Van der Graaf. Inutile de dire que l’écoute n’est pas facile, surtout si on est amoureux des mélodies harmonieuses, des refrains accrocheurs ou des riffs binaires. A l’inverse, les amateurs de dissonance, de ruptures et d’expérimentations y trouveront largement leur compte.

J’avoue que pour ma part, ce n’est pas le style de musique que j’écoute tous les jours, mais plutôt à petites doses. C’est une musique qui demande beaucoup d’attention pour en apprécier toutes les subtilités, les nuances et la profondeur. Si la technicité et la virtuosité des musiciens sont flagrantes, il n’en est pas de même de la richesse des compositions, au niveau de l’écriture s’entend, et plusieurs écoutes sont nécessaires pour estimer et déguster cet album à sa juste valeur.

Les gens qui n’aiment pas le prog ont tendance à dire qu’il y a « trop de notes ». Les amateurs de prog qui n’aiment pas le RIO, eux, disent simplement qu’il y a « trop de notes ».

Faudrait savoir…

J-Yves

3/5 : StarGreenStarGreenStarGreenStarGrayStarGray

 

 


icontl2

Pestrottedans

  1. Spådom (4:11)
  2. Pestrottedans (7:05)
  3. Barkus i Vinterland (6:04)
  4. Fundal (6:54)
  5. Tredje malist (4:13)
  6. Landsbysladder 3 (8:26)
  7. Goda’ Gomorrah (6:25)

 


iconTL

Panzerpappa

  • Steinar Børve: saxophones, Akai electric wind instrument, keyboards 
  • Trond Gjellum: drums, percussion, samplers and programming 
  • Anders K. Krabberød: bass, Chapman stick
  • Jarle Storløkken: guitars, keyboards, accordion 
  • Hans-Petter Alfredsen: keyboards

 


iconTL

Infos Groupe

Facebook_Logo  

 

photo: (c) Panzerpappa




Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s